Un service essentiel dans votre municipalité

En 1987, le bilan routier du Québec dénombrait 30% plus de victimes que celui de l’Ontario. Suite à ce constat, en 1992 était déposé un rapport fouillé sur la question; on y critiquait sévèrement le système pré-hospitalier d’urgence de l’époque. On y proposait alors la création d'un réseau de premiers répondants pour réduire le temps de réponse.

Voici quelques données qui démontrent bien à quel point le temps est un facteur clé :

• Idéalement, dans une situation d’urgence, la réanimation de base devrait débuter en dedans de 4 minutes.
• Pour leur part, les manœuvres de défibrillation doivent débuter en dedans de 8 minutes.

Mais dans 40 à 60 % des cas, les services ambulanciers mettent plus de 8 minutes à répondre. C'est dans ce type de situation que les premiers répondants font toute la différence. En effet, dans les situations où une intervention d'urgence pourrait éviter un décès, on enregistre 5 fois moins de décès dans les territoires où sont présents les premiers répondants.

Lorsqu'une personne doit être transportée rapidement à l'hôpital suite à un accident ou à une maladie, le temps d'intervention des premiers secours fera souvent la différence entre la vie et la mort pour cet individu.

Les lois québécoises reconnaissent le droit à la vie, obligent à porter assistance et condamnent le refus de le faire.

Lorsqu'une situation d'urgence se présente, plusieurs intervenants se relaient pour porter secours à la victime, voici les acteurs qui composent la chaîne d'intervention préhospitalière :

Encadrement

Premiers intervenants
ou
secouristes désignés
flèche courte.gif (927 octets) Centres
9-1-1
flèche courte.gif (927 octets) Centres de communication santé flèche courte.gif (927 octets) Services de premiers répondants flèche courte.gif (927 octets) Services ambulanciers flèche courte.gif (927 octets) Établissements receveurs
flèche courte.gif (927 octets)

Usager

 

Premier intervenant : Se trouvant sur le site d'un incident ou ayant découvert un individu en détresse, cette personne effectue des interventions de base et signale l'événement au centre 9-1-1.  C'est le premier maillon de la chaîne d'interventions préhospitalières, celui qui met les autres en mouvement, qui les alerte.
Cantre d'appel 9-1-1 : Le centre reçoit l'appel du premier intervenant et bascule rapidement les appels au centre de communication lorsque les services préhospitaliers d'urgence sont requis.
Centre de communication santé : Centre nerveux des services préhospitaliers d'urgence, impliqué tout au long du processus d'intervention préhospitalière, il assure le traitement de l'appel, le soutien et le conseil à l'appelant, la répartition, l'encadrement et le suivi des ressources et l'orientation optimale des ambulances vers l'établissement receveur.
Services de premiers répondants : Ils interviennent auprès de la victime dans certaines istuations, définies selon des protocoles opérationnel préétablis, afin de prévenir une détérioration de sa condition jusqu'à la prise en charge par les services ambulanciers.
Il n'y a pas une minute à perdre.  Plus vite la victime est évaluée et stabilisée rapidement, meilleures sont ses chances de s'en sortir sans conséquence grave.
Les premiers répondants n'improvisent pas; ils forment une équipe, ils savent exactement ce que chacun doit faire et appliquent des protocoles précis.  Leur priorité : la victime.
L'encadrement médical auquel ils sont soumis est rigoureux : un rapport détaillé de chacun de leurs interventions est remis à la régie régionale qui en fait l'analyse et assure le suivi nécessaire.
Services ambulanciers : Ils assurent la prestation des soins préhospitaliers d'urgence et le transport vers l'établissement receveur.  Ils prennent ainsi la relève mieux informés, et leurs interventions sont plus efficientes et ceci grâce à la collaboration des premiers répondants.
Établissements receveurs : Ils terminent l'intervention préhospitalière en assurant une prise en charge adéquate et immédiate de l'usager par le service d'urgence de l'établissement approprié et transfèrent la personne vers un établissement spécialisé, le cas échéant.

Le premier intervenant, c'est la personne qui constate l'état de la victime et qui compose le 911. C’est le premier maillon de la chaîne d’interventions préhospitalières, celui qui met les autres en mouvement, qui les alerte. Le répartiteur, dès qu’il a compris qu’il s’agissait d’une urgence médicale, transfère immédiatement l'appel à la centrale de coordination.

Le 911 et la centrale de coordination sont donc les deuxième et troisième maillon de notre chaîne d’intervention, ceux qui assurent le bon cheminement de l’information vers les intervenants.

Dès qu’ils ont reçu l’appel, les premiers répondants de garde quittent leurs domiciles pour se rendre à l’endroit indiqué par la centrale de coordination.

Quatrième maillon de la chaîne d’intervention préhospitalière, les premiers répondants sont formés selon des protocoles médicaux bien précis pour évaluer et stabiliser les victimes dans diverses situations : difficulté respiratoire, douleurs thoraciques, perte de conscience, convulsion, fracture, hémorragie, accouchement, intoxication, brûlure…

Il n’y a pas une minute à perdre. Plus vite la victime est évaluée et stabilisée rapidement, meilleures sont ses chances de s’en tirer sans conséquence grave.

Les premiers répondants n’improvisent pas ; ils forment une équipe , ils savent exactement ce que chacun doit faire et appliquent des protocoles précis. Leur priorité : la victime.

L’encadrement médical auquel ils sont soumis est rigoureux : un rapport détaillé de chacune de leurs interventions est remis à la régie régionale qui en fait l’analyse et assure le suivi nécessaire.

Autre étape importante de l’intervention : le relais aux techniciens ambulanciers; les premiers répondants doivent leur communiquer toute l’information de façon claire et concise et se rendre disponibles pour les assister.

Les techniciens ambulanciers prennent ainsi la relève mieux informés, et leurs interventions sont plus efficientes et plus rapides, ceci grâce à la collaboration des premiers répondants.

Les techniciens ambulanciers constituent donc le cinquième maillon de la chaîne et finalement, le personnel de l’urgence du centre hospitalier prend la victime en charge constituant ainsi le sixième maillon de la chaîne préhospitalière.

bouton retour.gif (1581 octets)

Michel Cloutier
Ligne sans frais : 1-877-511-6655

Téléphone : 1-819-478-4671 #345
Télécopieur : 1-819-475-0192

Courriel : mcloutier@cdrummond.qc.ca